orthodontie enfants genève, docteur Rioux orthodontiste

Les touts petits
Prévention 3-7 ans

A quel âge amener son enfant chez l’orthodontiste?
 
Il existe une confusion et un manque d’information des parents quant à l’âge à partir duquel un enfant peut être vu par un orthodontiste. Sachez que la majorité des pays fixent l’âge de la première consultation vers 6-7 ans (arrivée des premières dents adultes). L’objectif de cette consultation n’est pas d’appareiller votre enfant! Seuls certains d’entre eux auront besoin d’un traitement précoce. Le but est de dépister d’éventuels problèmes en cours de développement, et ainsi, en concertation avec les parents, prévoir une stratégie adaptée pour empêcher ces problèmes de s’aggraver.En général un examen complet de l’enfant est réalisé afin d’observer:
  • la bonne croissance des mâchoires,
  • la mise en place de ses dents, 
  • sa posture générale, 
  • la qualité de son sommeil
  • ses fonctions oro-faciales (déglutition, mastication, ventilation, phonation)
  • d’éventuelles habitudes déformantes (succion des doigts, biberons tardifs, lolette etc…)
Cependant, nous recevons aussi les plus petits, dès 3 ans, afin de dépister des troubles fonctionnels (sommeil, lolette/pouce etc…, mastication, inversés d’articulé, développement perturbé des mâchoires etc…). Bien souvent, de simples conseils ou des traitements très courts et simples permettent à votre enfant de retrouver une bouche fonctionnelle, qui ne sera pas limitée dans sa croissance les prochaines années!
Dans tous les cas, il n’est jamais trop tôt pour demander un avis.

Dès l’âge de 3 ans, il est possible d’accompagner la croissance de votre enfant par des moyens simples, rapides et adaptés, pour corriger des anomalies présentes (défaut de croissance des mâchoires, malpositions dentaires, ventilation orale, déglutition infantile, pouce/lolette, etc…), et ainsi empêcher ces anomalies de s’aggraver avec les années!

Le rôle de la prévention est d’empêcher l’apparition des anomalies et non d’en proposer un traitement précoce.

A l’heure où près de la moitié des enfants présentent des malpositions dentaires, une prise de conscience par le public des facteurs de prévention paraît absolument nécessaire car, contrairement aux idées reçues, cela commence dès le plus jeune âge.

o Les dents servent à mastiquer et le rétablissement d’une fonction masticatoire normale dès le plus jeune âge est à l’origine de la prévention de troubles digestifs, et d’une meilleure harmonie dans le développement des mâchoires

o L’orthodontiste joue un rôle essentiel dans la prise en charge de l’insuffisance de ventilation nasale qui peut être à l’origine de pathologies banales (otites, rhinopharyngites, polypes) ou plus graves (syndrome d’apnée du sommeil, troubles comportementaux). Le rétablissement d’une ventilation normale obtenue grâce à un traitement orthopédique précoce est garant d’une amélioration de la santé d’un enfant.

o L'association américaine d'orthodontie préconise de réaliser au moins un premier bilan à l'âge de 7 ans.

Dans la prise en charge d’un enfant, une bonne coopération est nécessaire entre le pédiatre, le médecin généraliste, le dentiste traitant, le médecin scolaire et les neurophysiologistes. L’Orthodontiste ne se contente pas d’aligner les arcades dentaires. Il est en relation avec tous ces intervenants, et a également un rôle majeur à jouer, au centre de cette équipe, dans la santé et l’harmonie du développement d’un individu depuis son plus jeune âge.

Trois facteurs jouent un rôle déterminant pour assurer un développement satisfaisant de la sphère oro-faciale,

et donc le bon alignement des dents : 

le mode d’allaitement

le mode d’alimentation

le mode de ventilation.

Voici quelques mesures de prévention efficaces (FFO). Il est conseillé de:

Donner le sein, lorsque cela est possible. Le mode d’allaitement oblige le nourrisson à ventiler par le nez. Il contribue donc à l’apprentissage de ce mode de ventilation. A l’inverse, quand le bébé prend le biberon, il peut avaler et ventiler alternativement par le nez et par la bouche car le biberon ne nécessite ni fermeture labiale hermétique ni travail musculaire important.

Apprendre à l’enfant, peu à peu, à mâcher, dès l’apparition des molaires de lait entre 12 et 18 mois, avec des aliments plus résistants, comme des purées écrasées à la fourchette, de la viande découpée au couteau et pas trop cuite, des fruits coupés en petits morceaux.

D’éviter le pouce et la tétine dès l’âge de 3 ans et en tout cas obtenir l’arrêt avant 6 ans !

Faire surveiller tôt par un orthodontiste un enfant dans des familles où il existe des problèmes de mâchoires

C’est ainsi que l’on donne aux bouches des enfants toutes les chances

d’avoir une mâchoire capable d’accueillir toutes les dents.

Exemples d’interventions orthodontiques précoces

Voici quelques procédures orthodontiques qui peuvent être indiquées chez des patients dès l’âge de 5 ans :

  • Expansion palatine pour élargir un palais ou une mâchoire supérieure trop étroite;
  • Contrôle d’habitude de succion de doigt, pouce ou lolette;
  • Utilisation d’un écran oral pour tenter d’enrayer une habitude de déglutition infantile ou atypique;
  • Extractions sélectives pour aider l’éruption des dents permanentes;
  • Correction d’une occlusion croisée antérieure ou postérieure.

Les bénéfices d’une intervention orthodontique en bas âge

Lorsqu’un traitement en bas âge est indiqué chez un enfant, cela permettra:

  • d’influencer favorablement la croissance des mâchoires;
  • d’équilibrer la largeur des arcades dentaires;
  • d’améliorer les patrons d’éruption;
  • de diminuer le risque de traumatisme des incisives supérieures qui sont protrusives;
  • de corriger des habitudes orales;
  • d’améliorer l’esthétique et la confiance en soi;
  • de simplifier et/ou diminuer la durée d’un traitement correctif ultérieur en orthodontie;
  • de minimiser la possibilité que des dents permanentes deviennent incluses;
  • d’améliorer certains problèmes d’élocution;
  • de préserver ou récupérer l’espace nécessaire à l’éruption des dents permanentes.

 

 

 

 

 

Une évaluation orthodontique en bas âge n’évitera probablement pas la nécessité d’intervenir à nouveau plus tard, mais cela peut mener à un traitement plus simple et plus efficace pour les patients tout en les rassurant sur leur condition dentaire.

Le dentiste qui réfère ses jeunes patients au bon moment est perçu par les parents, avec raison, comme un praticien bien informé et ayant le souci du bien-être de ses patients. N’hésitez pas à demander à votre dentiste généraliste de diriger votre enfant chez un orthodontiste pour une première évaluation.

Les bénéfices d’une intervention orthodontique en bas âge

Lorsqu’un traitement en bas âge est indiqué chez un enfant, cela permettra:

1. d’influencer favorablement la croissance des mâchoires;

2. d’équilibrer la largeur des arcades dentaires;

3. d’améliorer les patrons d’éruption;

4. de diminuer le risque de traumatisme des incisives supérieures qui sont protrusives;

5. de corriger des habitudes orales;

6. d’améliorer l’esthétique et la confiance en soi;

7. de simplifier et/ou diminuer la durée d’un traitement correctif ultérieur en orthodontie;

8. de minimiser la possibilité que des dents permanentes deviennent incluses;

9. d’améliorer certains problèmes d’élocution;

10.de préserver ou récupérer l’espace nécessaire à l’éruption des dents permanentes.

Une évaluation orthodontique en bas âge n’évitera probablement pas la nécessité d’intervenir à nouveau plus tard, mais cela peut mener à un traitement plus simple et plus efficace pour les patients tout en les rassurant sur leur condition dentaire.

Le dentiste qui réfère ses jeunes patients au bon moment est perçu par les parents, avec raison, comme un praticien bien informé et ayant le souci du bien-être de ses patients. N’hésitez pas à demander à votre dentiste généraliste de diriger votre enfant chez un orthodontiste pour une première évaluation.